C’est une tendance de fond dans le monde du jeu vidéo : de plus en plus de titres incluent ce que l’on appelle des achats intégrés ou in-game (« dans le jeu »). Ces achats sont présents dans les jeux sur smartphones mais aussi sur consoles et PC.

Il s’agit bien souvent de micro-transactions (le jeu invite à débourser de petites sommes d’argent), bien que certains titres proposent aux joueurs d’acquérir des packs dont le prix peut dépasser la somme de 70 €. Autant dire que, lorsqu’on achète plusieurs de ces packs, l’addition peut très vite grimper !

Mot de passe requis

Tous les appareils, smartphones et consoles, permettent de contrôler a minima les achats intégrés en exigeant d’entrer systématiquement un mot de passe pour valider la procédure. Cette fonctionnalité n’est néanmoins pas toujours activée par défaut. Vérifiez bien dans les paramètres de l’appareil que le recours obligatoire à un mot de passe ou à votre accord a bien été activé afin que vos enfants ne puissent pas réaliser seuls des achats.

Le piège des monnaies virtuelles

La plupart des jeux utilisent un système de monnaie virtuelle, ce qui porte à confusion puisque les enfants ne comprennent alors pas clairement qu’il s’agit d’argent réel. En d’autres termes, les objets de la boutique d’un jeu peuvent être disponibles, non pas contre des euros mais contre des V-bucks, des gemmes ou encore des Riot Points (RP), selon le jeu. S’il est généralement possible de gagner en jouant un peu de cette monnaie virtuelle, le total acquis est bien souvent insuffisant, incitant ainsi le joueur à acheter des crédits avec de l’argent véritable.

Prenez le temps d’expliquer à vos enfants que la monnaie virtuelle du jeu n’est en fait pas si virtuelle que cela… Il est essentiel d’encadrer et de comptabiliser les dépenses effectuées en cours de jeu. Sur le long terme, certains joueurs peuvent en effet débourser des centaines d’euros dans un seul et même jeu !

Une tentation permanente

Les boutiques de vente présentes dans les jeux se renouvellent très souvent pour créer une tentation permanente. Numérique oblige, les éditeurs et développeurs possèdent des statistiques sur les habitudes de consommation des joueurs. Ils peuvent ainsi savoir ce qui fonctionne (et ne fonctionne pas) au jour le jour et proposer en conséquence de nouveaux objets (items) qui viendront rencontrer les souhaits des potentiels acheteurs. Une mécanique aussi efficace que redoutable pour qui n’y prend pas garde.

Des jeux à surveiller de près

Un très grand nombre de jeux proposent aujourd’hui des achats intégrés. Si ce système est une composante de la plupart des jeux mobiles, il est aussi présent aujourd’hui dans des titres sur consoles et PC, gratuits ou payants à l’acquisition. Il convient donc d’être vigilant et de garder un œil sur les dépenses.

Voici quelques exemples de jeux parmi les plus populaires qui exploitent le procédé d’achats intégrés :

  • Apex Legends
  • Call of Duty
  • Candy Crush
  • Clash of Clans
  • FIFA 20
  • Fortnite
  • League of Legends
  • Minecraft
  • NBA 2K20
  • Tom Clancy’s Rainbow Six: Siege