Les jeux vidéo sont souvent source d’incompréhension entre les parents et leurs enfants.

Un manque cruel de communication au sein de la cellule familiale

N’ayant pu y jouer dans leur jeunesse, de nombreux parents craignent que les jeux vidéo éloignent leur enfant de la vie sociale. Les enfants estiment eux souvent que leurs parents n’y comprennent rien, et parlent peu de leurs expériences vidéo ludiques. Il arrive que l’absence de communication entre générations sur le jeu vidéo conduise l’enfant à s’y enfermer, et à se plonger dans un mutisme troublant lors des moments en famille. Il est donc extrêmement important de rétablir le dialogue dans la famille autour du jeu vidéo.

Pour cela il est bien évidemment recommandé aux parents de faire l’effort de s’intéresser au jeu vidéo, de regarder comment les plus jeunes y jouent, ce qu’ils y font, quels sont les buts du jeu, leur poser des questions, et même y jouer avec eux. Les vertus ludiques, mais aussi narratives et éducatives de certains jeux vidéo pourraient les séduire.

Valoriser les réussites de l’enfant dans le jeu

Discuter avec l’enfant sur le jeu vidéo passe aussi par une dédramatisation de celui-ci. Il est important de considérer cette activité comme une activité normale, et donc de valoriser les expériences de votre enfant, de le féliciter pour ses succès. Cela est d’autant plus important que le jeu vidéo constitue une activité sociale à part entière, et que les vertus éducatives de certains jeux ne sont pas toujours connues des parents.

Happy family

Il est important de valoriser les victoires obtenues par l’enfant dans un jeu.

 

Certes, le jeu vidéo peut représenter pour l’enfant un moyen d’échapper à la réalité familiale. C’est notamment le cas lorsque l’enfant ne conçoit pas pouvoir y exprimer verbalement son mal-être. La tentation de se servir du jeu vidéo comme d’un refuge est ainsi fréquente au moment de la crise d’adolescence, chez des enfants sensibles ou atteints de dépression passagère. Le jeu permet alors de se défouler contre des adversaires virtuels et non dans les relations quotidiennes.

Mettre en place des règles claires

Face à ces situations, il est tout à fait normal de se demander comment réagir. En plus de faire naître le dialogue dans la sphère familiale, vous pouvez apprendre à mieux gérer le temps passé  sur le jeu. Si aucune limite de temps n’est recommandable, ce contrôle est important dans la mesure où il permet de ménager du temps libre à l’enfant pour qu’il se livre. Cela permet de veiller à ce qu’il consacre plus de temps à ses obligations scolaires, à ce qu’il dorme suffisamment, mais aussi à ce que chaque membre de la fratrie puisse avoir accès au jeu.

Il est aussi nécessaire de rappeler à l’enfant les limites à sa liberté de comportement, notamment dans le cas du jeu vidéo en ligne, dans lequel les actions des joueurs sont souvent plus libres. Il faut lui interdire les comportements dégradants ou antisociaux, de la même manière qu’ils sont interdits dans la vie « réelle ». La lecture des règles du jeu permet de connaître les comportements interdits dans le jeu.

Pour les plus jeunes enfants, il est nécessaire de regarder quel est l’âge minimum requis pour le jeu. Les indications fournies par la signalétique PEGI sur la jaquette du jeu ou le site Internet de son éditeur doivent être consultées. Vous pouvez également paramétrer le système de contrôle parental sur le jeu, l’ordinateur ou la console. Veillez à faire preuve de psychologie si vous interdisez un jeu surtout si ledit jeu peut être utilisé par son grand frère ou sa grande sœur.

Dans la mesure du possible, il est bénéfique d’accompagner le jeune joueur dans sa découverte du jeu, notamment du jeu en ligne, avant de le laisser évoluer tranquillement dans cet univers. N’hésitez  surtout pas à responsabiliser les aînés de la fratrie, qui doivent veiller à ce que leurs jeux ne tombent pas entre les mains des plus jeunes pour éviter qu’ils ne jouent à un jeu qui ne leur correspondrait pas.