Le contexte

Il existe ainsi un vaste panel de métiers couvrant une multitude de formations, qu’elles soient littéraires, scientifiques ou économiques, etc.

Attention toutefois, les métiers du secteur du jeu vidéo requièrent un niveau d’étude élevé, et nécessitent bien souvent cinq années post baccalauréat. De plus, il s’agit d’un secteur très concurrentiel, et partant, la liste des appelés est longue, pour peu d’élus. Il représente à l’heure actuelle environ 10 000 emplois en France pour 430 entreprises, dont le tiers est situé en Ile-de-France. Il apparaît également que la majorité des emplois recherchés portent sur les métiers de programmation et de création (1).

 

Enfin, ces études peuvent également poser des problèmes d’accessibilité en des termes financiers. En effet, même si les frais d’inscription varient d’un établissement à un autre, sachez qu’il faudra compter entre 350 et presque 7000 euros par an (selon l’établissement et le cursus choisi) pour obtenir la validation des acquis.

Par conséquent, il ne faut pas occulter les formations publiques (DUT, BTS ou cycles universitaires classiques de type Master recherche ou professionnel) souvent moins onéreuses et qui peuvent tout autant dispenser d’un enseignement de qualité pour accéder à ces métiers.

Sachez également que les différents établissements cités dans le cadre de ce dossier (MAJEENJMINSUPINFOCOMISART (DIGITAL)LISAAGOBELINSENSADEPITAENIC), annoncent un  taux de placement des étudiants situé entre 85 et 95 %.

Par ailleurs, il est important de noter que la majorité des métiers présentés dans ce dossier peuvent ouvrir à d’autres secteurs que celui du jeu vidéo.

Ainsi, un scénariste pourra tout aussi bien travailler dans le domaine du cinéma, ou de la publicité par exemple. Il en va de même pour un infographiste, un animateur 2D ou 3D, ou encore un sound designer. Un programmeur pourra très bien évoluer dans le secteur des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC). De la même manière, un chef de projet, ou un chef de produit pourront travailler dans des secteurs commerciaux très variés et bien différents de celui des jeux vidéo.

(1). Étude ONISEP « Les métiers d’internet et des jeux vidéo », février 2009