On considère généralement que le genre est né de l’imagination des joueurs eux-mêmes, sur la base d’un mod[1] de Warcraft 3 : Reign of Chaos, le jeu de stratégie en temps réel de Blizzard sorti en 2003. Grâce à l’éditeur du jeu permettant de concevoir ses propres champs de bataille, une poignée de joueurs conçoivent alors une version simplifiée de jeu de stratégie (opposant deux équipes de joueurs), baptisée Defense of the Ancients (ou DotA), qui connait rapidement un imposant succès chez les joueurs et pose les bases ludiques des MOBA à venir.

Depuis lors, les MOBA se définissent comme des jeux opposant deux (voire trois ou quatre) équipes comptant chacune environ cinq héros (chacun contrôlé par un joueur) qui rivalisent pour le contrôle d’un champ de bataille clos (une arène). Chaque équipe occupe un coin du champ de bataille et doit conquérir le coin adverse. Et pour y parvenir, il faudra traverser la carte par l’un des trois axes disponibles.

Les MOBA se veulent stratégiques : chaque équipe doit organiser la défense de sa base et les assauts de la base adverse, tout en contrôlant au mieux les trois axes de la carte. Ils reposent également sur l’action : les joueurs contrôlent leur héros et doivent agir de concert pour espérer l’emporter.

Conseils de vigilance

Des échanges entre joueurs parfois très virulents. Comme tout jeu en ligne, les MOBA confrontent les joueurs les uns aux autres. Ils sont amenés à échanger à travers les outils de discussions, avec son équipe dans le cadre de partie, voire avec l’ensemble des joueurs en attendant le lancement d’une partie. Les communications peuvent parfois se révéler particulièrement passionnées et certains MOBA sont réputés pour être le théâtre d’échanges déplacés (on parle de trash talk). Les insultes, les propos xénophobes voire racistes, sexistes ou homophobes peuvent être fréquents. Certains exploitants de MOBAdéveloppent alors des politiques visant à lutter contre les « comportements toxiques » au sein des jeux. Des mécanismes de justice interne ou de sanctions sont mis en place dans la plupart des jeux. Ils peuvent conduire à la suspension temporaire voire au bannissement définitif des comptes des joueurs les plus virulents. Certains titres créent par ailleurs des équipes en charge des « systèmes sociaux », composés notamment de psychologues, pour imaginer des procédures visant à apaiser les conflits entre les joueurs. L’objectif est notamment de faire en sorte que les joueurs prennent conscience eux-mêmes du caractère néfaste de leur comportement.

Sport électronique et investissement personnel. Du fait de leur nature très compétitive, les MOBA servent souvent de cadre à des tournois de sport électronique. Ces compétitions sont aujourd’hui celles promettant les dotations les plus élevées, les équipes de vainqueurs pouvant parfois se partager plusieurs millions de dollars. Ces compétitions encouragent parfois les jeunes joueurs à s’investir plus que de raison, car si les parties de MOBA sont traditionnellement plutôt courtes (entre 15 et 45 minutes en moyenne selon les jeux), les joueurs sont souvent enclins à enchaîner de nombreuses parties successives.

Quelques exemples de MOBA 

  • Defense of the Ancients (DotA) : considéré comme le premier MOBA posant les bases du genre (2003) ;
  • League of Legends (Riot Games) : a ressuscité le genre en 2009 et l’a surtout très largement popularisé au point de devenir, dit-on, le jeu en ligne le plus joué au monde avec 70 millions de pratiquants inscrits ;
  • SMITE (Hi-Rez Studios) est lancé en 2012 et oppose des équipes de personnages inspirés des principales divinités des grands panthéons mondiaux. SMITE est réalisé entièrement en 3D et mise plus sur l’action que la stratégie ;
  • Dota 2 (Valve) : suite non officielle de Defense of the Ancients, Dota 2 (lancé en 2012-2013) est développé par le studio Valve, un spécialiste du jeu compétitif, qui mise très largement sur les compétitions officielles et tournois de sport électronique et dont les dotations atteignent parfois plusieurs millions de dollars.

[1] Un mod désigne la modification d’un jeu réalisée par les joueurs. Cette modification enrichit ou complète la version originale du jeu.